L'iconique chalet à charpente en A, communément appelé « A-frame » en anglais semble regagner le coeur des nouvelles générations de concepteurs et de plaisanciers. Sa popularité est remarquable dans les réseaux sociaux. Avec son look vintage et sa forme triangulaire, ces chalets incarnent le refuge vacances par excellence, à raison de se montrer modeste quant aux objets qui meublent l'espace!

Historique et chalets pionniers

Source : Archive du New York Times, 1957

Bien qu'on associe les chalets A-frame à la culture américaine des années 60 à 70, ces chalets existaient bien avant l'époque où ils ont été popularisés. Les structures de toit en pente existent en Chine depuis des siècles et servaient notamment à couvrir des fermettes. En Polynésie, elles étaient étroitement inspirées des voiles de bateaux et abritaient les familles. Enfin, les constructions triangulaires remontent à la nuit des temps, mais c'est vers la fin des années 50 que le A-frame rejoint son public cible de vacanciers, alors que les concepts de "seconde maison", "habitation de plaisance" et "chalet" séduisent les Américains. La maison de plage de l'architecte Andrew Geller, Reese House, située à Long Island aux États-Unis est une référence en matière de chalet triangulaire. Après une parution dans le New York Times en mai 1957, le modèle a inspiré plusieurs familles américaines à vouloir se procurer une seconde habitation à prix abordable. Rapidement, les Canadiens ont également été charmés par l'idée et des projets ont vu le jour dans l'Ouest canadien, puis dans l'est. Parallèlement, les Européens bâtissaient des chalets de ski à pentes escarpées, surtout en Suisse pour profiter des hivers à la montagne. Le concept de vacances était enfin instauré!

Source : Archive du New York Times, 1957

À l'époque, avec ces deux murs versants descendent près du sol et ces entraits horizontaux qui forment la barre du A, il était relativement facile de construire un chalet triangle en peu de temps et sans même demander l'expertise d'un architecte. Entre 1950 à 1975, les plans et kits de construction, de même que les plans de vente par correspondance générés par les fabricants de contreplaqué ont donné l'impression que les chalets "A Frame" étaient une amélioration considérable en matière d'habitation. Toutefois, la forme d'une maison à charpente en A comporte son lot d'inconvénients. Notamment, la perte d'espace habitable due aux deux pentes. De plus, la construction rapide, parfois sans fondation, a laissé quelques habitations en mauvais état. Toutefois, cela n'a pas empêché les nouvelles générations de flirter avec l'idée de rénover ou de repenser la conception du chalet triangle à leur manière.

Le "a frame" moderne/hybride

Paru dans le Life Magazine en 1967 et autres blogues d'architectures depuis, le A frame hybride du designer Jen Risom, situé au large de la côte du Rhode Island a inspiré de nombreux concepteurs à adapter leur modèle pour de meilleures fins. Déjà à l'époque, il était visionnaire! À l'affût des besoins de sa famille et de la modernité, durant ces dernières années de vie, Risom a préparé son refuge pour la prochaine génération.

Source : Life Magazine in 1967

Source : Dwell Magazine

Le chalet triangulaire suggère certes une structure divergente des autres types de chalets, mais également un style de vie différent. La large fenestration aux extrémités oriente le regard vers la nature, alors que l'espace central est optimal lorsqu'un minimum de meubles cohabite. Minimaliste est certainement le mot d'ordre pour tirer avantage d'une charpente en A. Si vous songez à agrandir une pièce, aussi bien déménager! L'espace est voué à demeurer un triangle qui projette toute l'attention à l'extérieur et dans l'espace commun. N'est-ce pas une bonne chose? "Il y a cette idée nostalgique d'aller au chalet pour jouer à des jeux en famille ou entre amis et que tous soient assis dans la même pièce," disait David Scott, architecte canadien et propriétaire d'un chalet triangle à Whistler. Cette envie d'évasion qui anime les nouveaux adeptes demeure le même motif que ces concepteurs pionniers. Marketing réussi, sa forme triangulaire est presque aussitôt associée aux mots : vacances, ski, plein air, famille, repos. Enfin, il laisse une impression positive qu'on tend à reproduire pour percer nos rythmes de vie effrénés.

Dans les réseaux sociaux, notamment sur Instagram, en suivant des comptes comme @cabinporn et @thecabinchronicles on peut déjà rêver de s'évader dans l'un de ces chalets à la fois modestes et luxueux. Considérant la place que les blogues de chalets et autres comptes sociaux leur accordent, plusieurs y voient un potentiel locatif lucratif.

Source : Kimo Estate • Photo : Hilary Bradford

Kimo Estate, situé dans un secteur rural de l'état du sud-est de l'Australie montre d'ailleurs l'exemple en matière de projet de location de chalets à charpente en A et d'expérience de "glamping". David et Emelia Ferguson, propriétaires de Kimo Estate ont travaillé de pair avec les architectes Anthony & Luke (Anthony Hunt Design et Luke Stanley Architects). L'essence du projet repose sur le sentiment d'appartenance à l'environnement et la durabilité des habitations pour qu'elles résistent à l'épreuve du temps. On peut dire que c'est réussi! Considérant leur éloignement des grands centres, ils ont tenu à choisir des matériaux locaux, notamment du bois australien durable.

Source : Kimo Estate • Photo : Hilary Bradford

Source : Kimo Estate

La forme des "huttes", telles qu'ils les nomment, s'inspire d'une charpente classique en «A» qui sert à la fois de refuge et de connexion avec l'environnement naturel. La structure en pente de bois franc ancre le bâtiment au sol offrant une magnifique vue dégagée sur les terres agricoles environnantes. Aujourd'hui, David et Emelia Ferguson créent des expériences uniques dans leurs chalets locatifs et montrent l'exemple quant à l'idée de concevoir des habitations à la fois minimalistes, durables et esthétiques.

On peut sentir le regain de popularité auprès des architectes du Québec également. Notamment Dominique Potvin, un designer montréalais a rénové un microchalet à pente très prononcée, dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les architectes de La Shed architecture, à Montréal, s'intéressent également à la maison à charpente en A. Ils ont d'ailleurs été séduits par l'idée de revisiter sa forme typique, lors de la conception du projet du Chalet de la Plage.

Enfin, même si sa forme atypique ne plaît pas à tous et que sa perte d'espace fait broncher certains architectes, le chalet triangle fait partie des classiques indémodables dont la simplicité charme encore beaucoup de gens. Il ne sera pas surprenant de voir de plus en plus de chalets triangles à louer en ligne!

Ces articles pourraient vous intéresser

Partagez !